Rencontre avec Eric Viennot pour Alt-Minds

Début novembre, Alt-Minds marquera l’une des expériences de jeu les plus innovantes de ces dernières années. Les joueurs prennent part à une enquête interactive, armés de leurs tablettes, smartphones et ordinateurs branchés sur leurs réseaux sociaux préférés.
Fruit d’un travail entre le groupe Orange et le studio parisien Lexis Numérique, à qui l’on doit déjà l’excellent jeu d’enquêtes In Memoriam.
J’ai pu rencontrer celui qui tire toutes les ficelles : Eric Viennot, afin d’en savoir plus sur le jeu et tenter de lui soutirer quelques informations !

Alt-Minds signifie « ouvrir les esprits à une autre réalité », qu’entendez-vous exactement par-là ?

Il y a plusieurs sens, mais on cherche avant tout à ouvrir l’esprit des joueurs pour faire avancer les choses et proposer une expérience de jeu nouvelle.
Le jeu est placé dans un genre que l’on qualifie d’ARG (Alternate Reality Game) même si je préfère employer le terme de « Fiction Totale« . J’entends par là le fait de mélanger la réalité et la fiction comme nous l’avions déjà réalisé dans In Mémoriam, mais aujourd’hui avec la communauté rassemblée par les réseaux sociaux nous pouvons aller beaucoup plus loin!

Dans Alt-Minds, le cœur du jeu est axé sur les tablettes qui proposent au public de suivre le fil de l’actu via les films et résumés, ainsi que le pc qui sera bien plus pratique pour résoudre les énigmes avec le multi-fenêtrage.
Sur tablette on pourra gérer un inventaire, prendre des images, les exporter, le tout en privilégiant le confort et l’optimisation de l’application. On a essayé de faire au plus simple, pour que les gens qui arrivent se sentent en terrain connu, qu’ils n’aient pas à apprendre une interface pour jouer.
L’environnement sera plus confortable que dans les ARG classiques qui te laissent te débrouiller toi-même comme tu peux avec tes outils.

 

Le trans-humanisme comme fil conducteur, pouvez-vous m’en parler un peu plus ?

Alors oui et non, le fil conducteur serait plutôt « Les frontières de la science« , on a pas mal travaillé sur des sujets scientifiques comme le transhumanisme (mais je préfère dire le posthumanisme), qui est aujourd’hui assez peu connu du grand public.
Cela évoque de grandes questions sur la relation entre l’homme, la machine et les mondes virtuels qui sont en plein cœur d’Alt-Minds.

 

Les différences entre le projet Twelve et Alt-Minds, quels changements y a-t-il eu avec l’arrivée d’Orange ?

Le projet Twelve tirait déjà énormément parti de l’expérience In Memoriam avec ce coté mélange entre la réalité et la fiction ainsi que le fait d’être dans un univers Trans-média où l’on peut utiliser le téléphone, les SMS et les mails.
Nous avions aussi très vite intégré le fait que les joueurs rentrent dans l’histoire avec une implication de plusieurs niveaux. Cette composante était au départ plutôt destiné à la TV, j’avais imaginé une série où, tu es chez toi, tu regardes tranquillement ta série et une fois à la fin, tu te vois dedans !
Avec Orange, on a d’abord discuté de ce qu’ils aimaient plus ou moins par rapport à l’univers. Puis est arrivé assez tôt la problématique du temps réel pour le coté immersif. Ça a posé quelques problèmes entre nous, à cause des contraintes de production, de marketing, mais surtout de modèle économique !

Ils ont bien compris qu’à un moment donné le jeu s’arrête, il fallait donc définir comment marchaient les rediffusions, comment les gens allaient prendre l’aventure en cours de route et si a majorité des joueurs auraient le courage de jouer pendant 8 semaines, etc.
Au final, on a réussi à tout prévoir pour que le temps réel puisse devenir une force et qu’il ne soit pas vécu comme une contrainte. Pour les plus acharnés qui vont jouer en temps réel, ils vont être littéralement subjugués ! C’est une immersion de huit semaines, où ils seront parfois amenés à attendre fébrilement quelques indices supplémentaires et seront probablement connectés en non-stop pour avancer au plus vite dans cette épopée.

Pour la plupart des joueurs qui ne peuvent pas s’engager pendant huit semaines à plein temps, ils pourront bien sûr rattraper leur retard pour ne pas perdre le fil. Il sera possible de voir en différé ce qu’il s’est passé pendant son absence via une timeline qui résumera les événements, ou bien de continuer son avancée en jouant les énigmes à posteriori et avoir tout de même le plaisir de les faire même après tout le monde.

 

Quel est votre fournisseur téléphonique ?

*Surpris* J’ai une ligne groupée Bouygues via une offre professionnelle, je ne suis pas marié avec Orange, c’est même souvent un sujet de blague entre nous.

 

Quel sera le temps de latence entre les sessions de 8 semaines ?

Si la première session marche bien (et on l’espère), le nouveau run commencera peut être à partir du mois de mars. Elle sera encore en temps réel et les événements de la première partie seront vécus comme des faits qui se sont passés six mois auparavant. On ne peut pas simplement tout effacer et tout recommencer comme s’il ne s’était rien passé.
Ceux qui auront déjà joué précédemment sauront qu’ils enquêtent sur une énigme qui à déjà été résolue et j’espère qu’ils le feront avec plaisir comme lorsque l’on recommence une partie dans la plupart des jeux.

 

Quelles sont les différences avec l’enquête précédente qui donneront envie aux joueurs de refaire une partie ?

La rejouablitité n’a pas encore été complètement définie, mais ce n’est pas ma priorité pour le moment. En revanche, ceux qui auront vécu l’expérience pendant huit semaines auront peut-être envie de partager l’expérience avec des proches et de rejouer avec eux, comme lorsque l’on regarde à nouveau une série avec quelqu’un. Il n’y aura plus le coté « scoring » car les énigmes auront déjà été résolues auparavant, mais ça ne gâchera pas le fait de vouloir revivre l’aventure.

 

Est-ce que les joueurs les plus investis auront un statut particulier lors de la partie ?
Y a t-il un système de récompenses à court ou long terme ainsi que des récompenses physiques/ réelles vu que le jeu a un certain lien avec la réalité ?

Il y a des bonus de divers ordre pour que les joueurs investis se sentent récompensés. Le premier, c’est d’avoir son nom et de figurer dans le classement. C’est classique mais c’est un truc qui permet d’être visible au niveau de la communauté. Il y a également le fait d’être ami avec l’un des personnages sur Facebook, nous ne voulions pas faire de simple « Fan page », mais des vrais profils ce qui limite donc les amis à 5000 personnes.
Il y a également le fait d’être visible dans les films, car plus tu es investi dans le jeu, plus tu « es » dans le jeu. Enfin la récompense suprême c’est d’être recruté par la fondation Alvinson et de venir sur le terrain avec moi dans plusieurs pays pour jouer non pas un personnage de la saison 2 (on ne veut pas forcement des acteurs), mais des gens qui sont fort dans un domaine. Par exemple, si tu es fort en décryptage, tu auras la possibilité d’être présent avec les enquêteurs et de craquer les codes sur place.

 

Comment avez vous intégré une dynamique de compétition dans ce jeu qui a besoin de coopération pour avancer ?

C’est un aspect assez compliqué à scénariser, car la fondation fait appel à la communauté et encourage la coopération pour aider à résoudre les enquêtes. On a finalement décidé d’intégrer un classement comme on en trouve dans la plupart des jeux pour motiver certains joueurs.
Cette « Gameification » est un peu incompatible, mais il n’est pas exclu que cela fonctionne dans le sens où toi tu crées un groupe avec tes amis, que vous vous entraidez, mais il n’y aura que les meilleurs d’entre vous qui seront dans le classement pour représenter le groupe.
Cela donne un petit côté « Guilde » dans le sens où l’on se regroupe pour associer des compétences. Il peut y avoir une amie qui est forte en anglais pour décrypter certains messages, une autre spécialiste en physique et un autre qui est très bon en recherche…

 

Comment avez vous géré les trois principaux axes pour les jeux sociaux :
-La monétisation, le business model de Alt Minds se fait par l’abonnement, mais y aura-t-il des achats autres que l’abonnement afin de récupérer des indices supplémentaires ou des bonus ?
-La viralité, les bonus à gagner si l’on partage un maximum et que l’on invite ses amis a rejoindre l’aventure ?
-La rétention, combien de temps pensez-vous captiver le joueur par jour ?

Un chapitre (soit une semaine de jeu), sera accessible pour 3€, mais nous proposerons aussi un pack de 15€ pour les huit semaines. Et non il n’y aura pas d’éléments à acheter en plus dans le jeu ! J’ai déjà vu ça dans un jeu fait par Orange (Detective Avenue) où il fallait envoyer des SMS pour avoir des indices, mais ça cassait complètement l’immersion…
Dans Alt-Minds, on achète seulement les chapitres pour plonger dans le jeu, mais une fois dedans je ne veux pas pourrir l’expérience des gens en faisant payer des éléments supplémentaires qui sont anti-immersif.
Le seul élément qui pourra demander un payement supplémentaire ça sera sur le « GeoLoc« . Il s’agit d’un jeu dans le jeu, où l’on pourra obtenir en plus certains pouvoirs, ou bien des outils afin de booster son score. Mais le fait de ne pas payer n’est aucunement handicapant pour la suite du jeu.

Après le chapitre 1 il y aura un gros rebondissement, puis deux semaines de battement qui serviront à faire venir un maximum de gens. Il y a alors un principe de « parrainage » en partageant sur les réseaux sociaux qui pourra te donner des réductions sur ton abonnement de jeu.

Pour la rétention, c’est la grosse question à laquelle je n’ai actuellement pas de réponses, car malheureusement je ne connais pas de jeux équivalents. D’après des études qu’on a fait, on pense qu’il y aura entre 5 et 20% de gens vraiment accros qui vont vérifier les news plusieurs fois dans la journée, mais il faut surtout bien prendre en compte que la grosse majorité des joueurs travaille et qu’ils viendront principalement le soir lors des rendez-vous réguliers entre 18h et 20h.
Ces rendez-vous proposent un résumé des principaux évènements de la journée ainsi que les missions en cour. En effet, les enquêteurs ont fini leur journée d’investigation, ils vont se coucher et pendant ce temps-là, les joueurs tentent de résoudre les énigmes pour que les enquêteurs repartent sur de bonnes bases le lendemain matin.

 

Actuellement on assiste à une vague du modèle de jeu Free to play. Alors que tout le monde se jette dessus, pourquoi faites-vous le choix du business model de l’abonnement ?

Au début, on voulait partir sur ce type de modèle économique, mais pour avoir un système de free to play et pour que ça soit rentable il faut un système ouvert. On appelle ça un jeu « systémique », avec la possibilité d’avoir un gameplay quasi infini. Au bout d’un moment on s’est rendu compte que l’on créait un jeu linéaire avec certes des avantages, mais aussi des inconvénients que l’on n’aurait pas eu avec un jeu épisodique.

 

Quels sont vos références littéraires pour la création de tous ces jeux d’enquêtes ? Lisez-vous des mangas policiers également ?

En lecture moi je suis un fan de polars américain, surtout ceux de Chandler, Michael Connelly et James Ellroy. C’est aussi une raison pour laquelle j’ai embauché des acteurs américains ! Même si l’action se passe en Europe, il est fort possible qu’il se passe certaines choses aux Etats-Unis dans la saison 2.
En lecture française, j’ai beaucoup aimé « Les racines du mal » de Maurice G. Dantec ainsi que les romans de Jean-Christophe Grangé.
Pour ce qui concerne les mangas, j’adore l’ambiance et les histoires de Naoki Urasawa, j’ai lu 20th Century Boys ainsi que Monsters.

 

Craigniez-vous une forte perte de joueurs avec les sorties de jeu de fin d’année comme Black Ops 2, Assassins Creed 3, Professeur Layton (fin octobre) et surtout la sortie de la Wii U ?

On a beaucoup hésité à sortir le jeu en période de Noël, mais je pense que ce n’est pas incompatible.
On peut tout à fait jouer en parallèle au dernier Fifa ou à AC tout en jouant à Alt-Minds. Si vous avez un smartphone vous pouvez suivre l’aventure dans les transports ou à votre pose. Rien que le fait de jouer entre 30 minutes et 1 heure par jour, ça ramène tout de même à 50h de jeu à la fin !

En ce qui concerne le nouveau Layton, les énigmes sont très bien faites, mais nous ne proposons pas du tout la même expérience de jeu. Nous avons préparé dans Alt-Minds une histoire très profonde, tandis que celle de Professeur Layton tient sur un timbre-poste…

 

Vous avez des craintes quant à la possibilité de vous faire hacker pour que des joueurs mal intentionnés puissent trouver des informations hébergées  sur vos bases de données/serveurs ?

Même Sony a été hacké, nous ne pouvons donc être sûrs de rien…
Le fait de découvrir des éléments en avance, à priori, ça ne risque pas d’arriver car le contenu total n’est pas dans l’application. Les vidéos ne sont pas sur un serveur avec nos données car nous les hébergeons sur Dailymotion.
Certains ont pensé à aller voir les sites déposés par Lexis Numérique, mais ça ne leur servira à rien car il n’y a ni solutions, ni informations utiles au déroulement du jeu.

 

Avez-vous un rôle plus ou moins important dans le jeu. Y jouez-vous un personnage?

Je vais répondre Joker, il n’est pas exclu que je puisse jouer un personnage à un moment donné, en revanche ceux qui ont joué à In Memoriam auront une surprise !

 

Avez-vous proposés les profils Facebook des disparus sur le site du jeu car certains pré-joueurs commençaient déjà à être bien avancé ? Ceci afin d’éviter un trop grand écart dès le début du jeu ?

Non, je trouve qu’il est normal que ceux qui ont démarré le jeu avant aient un avantage. Ils se sont creusé, ils ont fait des efforts, il est normal qu’ils soient récompensés.
En fait le chapitre 1 va reprendre tout ce qui était dans « l’avant jeu ». Certains vont dire « ha oui, le blog de Peter Edgarson ! », toi tu le connais peut être déjà, mais les gens qui vont démarrer au lancement du jeu ne doivent pas avoir l’impression de prendre le truc en route. Forcément ceux qui ont déjà commencé connaîtront certains éléments de l’avant jeu, mais découvriront eux aussi le contenu du chapitre 1.

 

Les sites telluriques, la conférence Superminds en Bosnie, la fondation Alvinson, pouvez-vous nous donner quelques informations croustillantes pour le site avant le lancement du jeu ? =3

Ce qui est intéressant avec la fondation, c’est qu’elle encourage la transdisciplinarité. On va se rendre compte que ce ne sont pas que des simples physiciens, il y a quelque chose qui dépasse le domaine de la physique et c’est ça qui est au cœur de l’histoire ! Mais je ne peux pas en dire plus…

 

J’aimerais en savoir davantage sur la fondation Alvinson, pensez-vous que je peux inviter Chloé Bernier à boire un coup vu qu’elle est actuellement à Paris ?

Tu peux toujours essayer, en plus elle est plutôt mignonne !  😉

 

Propos recueillis auprès d’Eric Viennot, co-fondateur et directeur de création du studio Lexis Numérique.

 

Une réflexion au sujet de « Rencontre avec Eric Viennot pour Alt-Minds »

  1. A partir du 12 novembre et pendant huit semaines, l’enquête se déroulera en temps réel, heure par heure, minute par minute. Pour cela, Alt-Minds va vous fournir tous les outils nécessaires pour intervenir dans l’enquête, soutenir les équipes de terrain, secourir les chercheurs disparus et éventuellement devenir à votre tour le héros de l’histoire. L’intrigue repose sur un mélange subtil de fiction et de réalité et peut immerger les participants au cœur même de l’histoire. En plus des emails envoyés ou des appels passés par des personnages de l’enquête, ils pourront chercher des indices sur internet via Google, Facebook ou des sites partenaires (Le Monde, Deezer, Dailymotion …) et également partir en exploration dans leur ville. Plus de cinq heures de vidéos ont été tournées, mais certaines séquences additionnelles seront réalisées pour tenir compte de l’actualité, du déroulement du jeu et prendront à partie quelqu’uns des joueurs les plus actifs. Les interfaces sont disponibles sur ordinateur, tablette et via une application mobile qui permet de suivre le déroulement de l’enquête. Chaque jour, les plus gros joueurs pourront consacrer une vingtaine de minutes au jeu pour résoudre l’énigme. Une timeline sera disponible pour rattraper son retard si on a loupé une ou plusieurs étapes. On peut suivre toute l’intrigue ou sauter des passages, jouer en différé, seul ou en famille, en communauté ou en affrontant les autres joueurs. Les plus novices peuvent aussi décider de suivre le déroulement de l’intrigue à leur rythme, comme on suit une série classique, sans prendre part au jeu. Toutes les séquences ont été jouées dans les lieux réels et l’ensemble sera disponible en plusieurs langues. Le lancement se fait à l’échelle européenne, les Etats-Unis, le Mexique et le Brésil pourront accéder aux interface l’an prochain. En terme de tarif, la première semaine est proposée gratuitement, les suivantes au prix unitaire de 2E99 ou 15 E pour l’ensemble des semaines.

Les commentaires sont fermés.